Mon prochain roman, suite de « L’Envol du phœnix » : « LAdA ».

C’est avec beaucoup d’émotions que je vous annonce la fin de l’écriture de la première version du tome 2 de Notre univers, qui sera la suite de L’Envol du phœnix, roman paru en février.

Ce manuscrit a été écrit du 1er mars au 4 septembre 2019, alors que L’Envol du phœnix connaissait un joli démarrage. Pendant l’écriture, j’ai ainsi été portée par les nombreuses critiques enthousiastes de mes lecteurs qui ont été transportés et remués par le premier tome. Ces six mois furent ma plus difficile, palpitante et belle expérience d’écriture par toute la volonté, le courage et la régularité qu’elle a exigé, et par les bonnes surprises qu’elle m’a apportées. Je suis fière de ce que j’ai produit, fière d’avoir respecté le délai que je m’étais imparti, fière d’avoir tenu mon propre engagement.

Ce roman est issu d’une façon de travailler qui m’a été transmise par Marilyse Trécourt au cours de l’un de ses ateliers d’écriture : la méthode du flocon de neige. Grâce à elle, durant les fêtes de fin d’année 2018, j’ai pu composer les fiches personnages et donner une belle envergure à chacun des cinq protagonistes principaux. J’ai pu réfléchir à de nombreuses scènes importantes du roman vers lesquelles les personnages devaient tendre. J’ai pu tisser la trame du récit, la développer, y penser en profondeur. Tout cela m’a ensuite permis, dès le mois de mars, d’écrire le roman en suivant un fil conducteur, de tenir le cap au fil des semaines et d’avoir pas mal de notes sur lesquelles me reporter en cas de besoin.

Ma méthode d’écriture a ensuite été la suivante : j’écrivais les chapitres au brouillon, dans l’ordre si possible, mais sans m’y obliger pour ne pas brider ma créativité, et en fonction de l’inspiration. Dès qu’un chapitre était complet, je le corrigeais, réécrivais et enrichissais certains passages afin de passer le tout en V1 = la première version propre. Cela m’a permis de reformuler clairement les idées que j’avais en tête à ce moment-là et de ne pas les laisser filer. À plusieurs reprises il m’a fallu détricoter des scènes, les couper, les déplacer, les réorganiser. Un véritable et passionnant travail d’artiste-créateur qui œuvre sur la matière brute.

Durant ces six mois d’écriture intensive, j’ai connu trois coups de fatigue : à la mi-avril, début août et fin août (la chaleur de cet été caniculaire m’a bien « séchée »). Ils ont nécessité une semaine de pause pour le premier, quinze jours pour le deuxième et trois jours pour le dernier. La deuxième panne d’écriture fut plus éprouvante, car déstabilisante alors que j’avais toutes les cartes en main pour continuer. Heureusement la flamme de l’inspiration est revenue, plus pressante qu’auparavant. J’ai terminé le manuscrit à une vitesse folle, après avoir mis de côté le chapitre 20 qui est longtemps resté ma bête noire, le pauvre. Je ne savais pas trop comment l’écrire pour le rendre intéressant. Début septembre, après quelques jours d’une prise de recul salutaire, je suis revenue sur ce fameux chapitre avec de nouvelles idées pour rendre attrayant le milieu marin dans lequel se déroule l’action à ce moment-là.

Cette V1 s’est donc achevée avec contentement et soulagement en ce 4 septembre 2019 !

Ce tome 2, dont je vous dévoilerai le titre dans quelque temps, a pour initiales LAdA. Je pense d’ailleurs lancer un jeu sur ma page Facebook pour le faire découvrir et gagner des exemplaires de L’Envol du phœnix. Ça vous tente ?

Je prévois de retravailler le manuscrit l’été prochain afin de le faire passer en V2. J’ai déjà pas mal de notes par-ci par-là à ce sujet. D’autres projets sont à développer d’ici-là : mon cabinet d’édition sera ma priorité dans les mois à venir. Bien entendu, je ne vais pas mettre l’écriture entre parenthèses pendant neuf mois. Cela va juste concerner LAdA, pour lequel j’ai besoin de prendre du recul, de souffler, afin de revenir dessus avec un regard neuf et l’esprit clair.

LAdA c’est :

  • 251 pages A4 en Arial 11 ;
  • 138 663 mots ;
  • 854 223 signes espaces comprises ;
  • Cinq personnages principaux, six personnages secondaires et un bon paquet de figurants ;
  • Un planet opera = sous-genre de la science-fiction qui a pour décor une planète étrangère aux caractéristiques déroutantes et mystérieuses, que les principaux personnages ont pour mission d’explorer et de découvrir sous tous ses aspects (faune, flore, ressources).

LAdA contient 81 481 signes de plus que L’Envol du phœnix au même stade. Et je n’ai pas fini de développer certaines choses, auxquelles je dois encore réfléchir… Mais j’en aurai peut-être d’autres à élaguer, car j’ai fait quelques digressions. Toujours est-il que LAdA s’annonce légèrement plus épais que son prédécesseur. J’ai tellement de choses à dire ! Ce tome 2 va raconter l’histoire des Archéryiens et présenter le passé des Archélyiennes, Svéa et Kaléya,  que vous avez rencontrées dans le premier tome.

Le troisième tome est en train de se dessiner tranquillement. Il me permettra de développer la civilisation des Andécavii et celle des Chronorégulateurs.

L’écriture de ce roman a été accompagnée par de nombreuses musiques inspirantes, surtout des musiques épiques de science-fiction. En voici la liste :

L’histoire de LAdA s’articule autour de trois musiques en particulier qui traduisent parfaitement les émotions et le rythme des passages importants du roman :

Ce fut une expérience passionnante et exigeante. Je n’avais jamais écrit de manière aussi soutenue. Cela m’a permis d’être plus efficace et, finalement, de tenir la distance. A l’instar de mes Archéryiens, j’ai bien préparé mon voyage dans cet univers. Le résultat dépasse largement mes attentes ! En contrepartie, ces six mois intenses m’ont intellectuellement vidée. J’ai besoin de repos – encore !

Vous l’aurez compris, le roman ne sera pas prêt avant 2021. Il y a encore pas mal de travail dessus, travail que je souhaite effectuer correctement et qui va nécessiter de procéder à quelques recherches supplémentaires. Donc patience, patience ! Je vous garantis que vous ne serez pas déçus du résultat !

Archélyia
Image tirée du site Artstation.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :