« Dévastation », de Daniel Mathieu

Vous ne trouverez pas ce roman sur Amazon. Il m’a été offert par l’auteur et je l’en remercie chaudement. La quatrième de couverture, alléchante, m’a tellement attirée que j’en ai laissé tomber ma lecture en cours pour me jeter dans ce Dévastation surprenant. Surprenant et superbe.

Quatrième de couverture :

« Une nuit, l’astronome Eric Edner découvre un corps céleste nouveau dans le système solaire : ce caillou, ou plutôt ce qu’il contient, va troubler la vie sur Terre. Du trouble à la dévastation il y a un fossé, que l’humanité va franchir, un pas après l’autre.

Dans ce thriller d’anticipation, « l’étranger » devient le révélateur des inconséquences humaines et met à nu la vérité des êtres par dissolution des carapaces de respectabilité. Avec l’humour en plus. »

Après lecture du roman, on se rend bien compte que ce n’est pas l’arrivée du caillou qui fait avancer l’humanité vers la dévastation. L’humanité va dans cette direction toute seule…

Mon avis sur Dévastation :

Ce roman va rejoindre le Panthéon de mes livres préférés. Ils sont dix désormais, découverts au fil de mes lectures depuis l’adolescence.

Dévastation est une merveille. De vocabulaire, de style, d’idées. Un roman d’anticipation comme j’en ai rarement lu. La richesse de la narration est au rendez-vous du début à la fin, sans jamais s’essouffler. Le plus délicieux est à savourer au niveau de la satyre quasi permanente que l’auteur manie avec talent et délectation, démontrant une érudition certaine mais jamais prétentieuse.

Que dire du vocabulaire ? Comme on apprend sans cesse jusqu’à son dernier souffle, je le dis sans honte : j’ai appris de nombreux mots grâce à ce roman. Le plus beau étant la façon dont l’auteur les met en valeur. Je sais déjà que je relirai ce livre afin de m’imprégner de cette narration d’une grande richesse.

Dévastation réunit tous les ingrédients qui, pour moi, font d’un livre une merveille de l’art, de la culture et de l’imagination humaine. L’art de manier les mots, la culture qui va de la maîtrise de l’écriture à la mise en relief des déviances de notre monde, parfaitement analysées, et l’imagination humaine qui permet de se projeter dans l’avenir, d’en anticiper les contours, de nous faire voyager loin de notre souvent morne quotidien.

J’ai lu ce livre avec un plaisir immense, vous l’aurez compris. Je regrette cependant de ne pas en avoir appris davantage sur les extraterrestres, sur leur société, sur leur technologie. À l’instar des Terriens dans le roman, le lecteur ne fait qu’entrevoir la civilisation étrangère.

Autre point que j’aurais aimé voir développé par l’auteur : la façon dont doit s’opérer la « dénatalisation ». Nous sommes en effet de plus en plus nombreux sur cette pauvre planète que nous consommons à outrance, et un jour viendra où il faudra se pencher sur cette question brûlante. Nous sommes attachés au fait de pouvoir avoir des enfants quand on veut, comme on veut, sans autres limites que celles que nous décidons nous-mêmes – et encore ce n’est valable que dans certains pays, dans d’autres les femmes n’ont pas le choix… Le problème de la surpopulation se posera gravement dans les prochaines années. Alors que faire ? Comment le faire ? Car, comme le demande l’une des extraterrestres : « Quelqu’un peut-il me justifier la nécessité de se reproduire comme des lapins ? » La justification de garantir la survie de l’espèce n’est plus d’actualité. Au contraire : cette reproduction effrénée va nous conduire à notre perte. J’aurais bien aimé lire dans ce livre les solutions imaginées par l’auteur…

Dévastation fait écho à ce que je pense du monde. L’auteur le présente avec un ton pince-sans-rire que j’ai particulièrement apprécié. Dévastation fait écho à L’Envol du phœnix, mon roman à paraître dans quelques jours, par bien des aspects… mais je vous en laisserai juges si vous avez l’occasion – et je vous le souhaite ! – de lire ces deux romans.

À toutes les personnes qui souhaitent allier l’utile à l’agréable, qui souhaitent s’instruire en s’évadant, je conseille chaudement la lecture de ce livre !

Dévastation, de Daniel Mathieu.

Éditions Les Pétroleuses (maison d’édition fermée il y a deux ans), 2015.

17,00 € – 273 pages

À commander directement auprès de l’auteur en allant sur son site YADUPEKU.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :